Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog


Nom du blog :
countryquarterhorse
Description du blog :
La magie, la prestidigitation...son histoire, mes conseils, mais aussi la vie de chaque jour...
Catégorie :
Blog Loisirs
Date de création :
28.04.2008
Dernière mise à jour :
23.01.2009

RSS

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· La Prestidigitation...mon autre passion (84)

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or countryquarterhorse
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· Les États-Unis
· Aryana Starr
· Les cartes à jouer
· Le canard de Vaucanson
· Chamanisme

· L’oranger merveilleux de Robert-Houdin.
· La guerre de Sécession
· La fabrication des automates
· Historiquement il existe trois périodes clefs
· Les Aztèques
· Automates de vitrine
· Christian Chelman
· L’horloge mystérieuse de Robert-Houdin.
· L’empire Inca
· Le jouet mécanique

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· Murmure


Statistiques 194 articles


Derniers commentaires
  RSS
Recherche
Recherche personnalisée

La guerre de Sécession

La guerre de Sécession

Publié le 19/01/2009 à 12:00 par countryquarterhorse
La guerre de Sécession

Le Nord se trouvait placé devant le fait accompli et la question de l'esclavage était singulièrement dépassée. Aucun compromis ne paraît plus possible entre le Nord, qui refuse au Sud le droit de faire unilatéralement sécession, et ce Sud qui s'est déjà donné un gouvernement. Le 12 avril 1861 se produit l'événement décisif : les Confédérés ouvrent le feu sur le fort Sumter, occupé par des troupes de l'Union à l'entrée de la baie de Charleston, et contraignent la garnison à se rendre. La guerre civile avait éclaté.
Ce conflit met aux prises pendant quatre ans (12 avr. 1861 - 9 avr. 1865) les vingt-trois et bientôt vingt-quatre États du Nord et les onze États confédérés, 22 millions de nordistes contre 9 millions de sudistes (y compris 3,5 millions d'esclaves). Comment, dans ces conditions, a-t-il été aussi long ? Le nombre et la puissance industrielle étaient du côté du Nord, mais le Sud luttait pour sa survie et possédait de réelles qualités militaires, au niveau tant des troupes que du commandement. Dès le début, le général Robert E. Lee fut, pour le Sud, un chef de grande valeur, tandis que Lincoln chercha en vain un stratège et le trouva seulement vers la fin en la personne de Ulysses S. Grant. Le Sud bénéficia de la sympathie des puissances européennes, mais le blocus établi le long de ses côtes par la flotte de l'Union limita les possibilités d'aide militaire et rendit vains les espoirs des planteurs de valoriser leur coton. La puissance militaire a basculé tardivement au profit du Nord qui a pu à ce moment en tirer toutes les virtualités. La guerre de Sécession est, en effet, une guerre de type moderne, fondée sur la puissance industrielle : rôle considérable de l'armement et des chemins de fer, qui s'explique par les effectifs mobilisés (deux millions d'hommes au Nord, près d'un million au Sud) ; ampleur des batailles, qui, contrairement à celles de Magenta ou de Solferino, exactement contemporaines, opposent pendant une semaine parfois des centaines de milliers de combattants.

Cette guerre a laissé une marque indélébile dans la conscience américaine, un peu comme la Révolution française en France. Des familles se trouvèrent séparées et divisées, voire opposées dans les combats ; des ruines, comme celles d'Atlanta, rappelèrent aux survivants l'âpreté de la lutte ; une véritable coupure apparut dans l'histoire américaine, avant et après. Les Confédérés ne pardonnèrent jamais aux « Yankees » leurs excès et les humiliations qu'ils durent subir, et actuellement encore un folklore très vivant entretient sur les anciens champs de bataille du Sud le souvenir des vertus chevaleresques dont firent preuve les grands ancêtres. Plus que la guerre d'Indépendance, la guerre de Sécession fut une révolution. L'Amérique industrielle l'emporte définitivement sur l'Amérique agrarienne, les villes et les ports sur les campagnes, le chemin de fer sur la charrue, les pionniers et les ouvriers sur l'ancienne aristocratie. Dans un certain sens, c'est la revanche de Jackson sur Jefferson.

La campagne de Sherman à travers la Georgie a décidé de l'issue de la guerre. Le 9 avril 1865, le général Lee capitulait dans le modeste tribunal d'Appomattox et, en juin, les derniers vestiges de la résistance des Confédérés avaient disparu. En novembre précédent, Lincoln avait été réélu président, mais, le 14 avril 1865, il était assassiné au théâtre Ford, à Washington, par l'acteur John W. Booth. Cette disparition tragique, au moment le plus critique, allait créer un profond déséquilibre dans la vie politique.